Prières diverses

Page 174

Page précédente     Page suivante     Sommaire

La quarte oraison

Illuminatrice des pécheurs et salutaire flambeau de la grâce, Marie, par ce trouble que vous éprouvâtes en votre cœur bienveillant de ce que votre Fils unique et très aimant eût été fixé par des clous, je vous prie instamment, très douce Mère de Dieu, de demander à ce même Fils qu’à cause de votre trouble, que ce même Grand Prêtre a lui aussi ressenti sur le bois de la croix, il alimente sur l’autel de mon cœur le feu divin de son amour dans mon cœur, et que ce feu brûle sans cesse et s’enflamme à la considération de sa très amère Passion [que] je n’oublierai jamais, en sorte que si, par une grave infirmité ou encore par un quelconque empêchement je n’ai pu faire mémoire de cette même Passion, je mérite de recevoir de sa multiple et si grande miséricorde une aussi grande récompense [tantam mercedem, comme dans la transcription, car tantaque mercede n’offre guère de sens] en ardeur, que si j’avais passé mes jours à faire mémoire à toute heure de sa très cruelle Passion. Amen.

La quinte oraison

Relèvement des pécheurs que la matière abaisse honteusement, et terme de notre misère, Marie, par ce trouble que vous éprouvâtes dans votre cœur bienveillant, en cette heure où votre Fils, vraiment digne de l’amour des fidèles, fut déposé de la croix, rouge de ses récentes plaies et de son propre sang, et fut déposé par Joseph sur votre sein, nous vous supplions, vénérable Souveraine du monde, de le prier, lui qui jouit de la couronne sur son trône céleste, que par ce même trouble qui fut le vôtre, il daigne faire que je parvienne auprès de lui avec l’abondance de vos grâces et de sa riche miséricorde, et que mon corps et mon âme parviennent en votre pouvoir et dans le sein de votre miséricorde, lequel vous ouvrez dans votre clémence à ceux, nombreux, qui le demandent ; je vous supplie de nouveau par cet enfant radieux et rubicond, qui est la source et l’origine de toute la félicité, et que vous avez allaité sur votre