Prières diverses

Page 173

Page précédente     Page suivante     Sommaire

S’ensuivent cinq belles oraisons que monseigneur saint Jean l’évangéliste fit  en l’honneur de la Vierge Marie, et il y a grands pardons et indulgences quiconque les dit dévotement.

La première oraison

Médiatrice de tous, et source vive répandant sans cesse d’abondants flots de grâce, Marie, par ce trouble que vous éprouvâtes dans votre cœur très tendre, puis lorsque saint Siméon prophétisa qu’un glaive transpercerait votre âme même, je vous en prie, très douce Mère de Jésus, que ce même Fils béni me donne, dans sa très large miséricorde, la pleine indulgence et le pardon de mes péchés, et me délivre de tous les maux. Amen.

La seconde oraison

Auxiliatrice de tous et pourvoyeuse de la paix éternelle, Marie, par cette douleur et par le trouble que vous éprouvâtes en votre cœur bienveillant pour avoir perdu votre Fils très aimant trois jours durant, je vous interpelle et vous prie, très belle Reine, qu’à cause de ce même trouble, vous me procuriez le parfait amour, en sorte que je mérite, avec cet amour, d’acquérir une aussi grande récompense dans le séjour céleste, que si je vivais longtemps en toute perfection. Amen.

La tierce oraison

Restauratrice des faibles et très efficace remède de l’âme blessée, Marie, par ce trouble que vous éprouvâtes dans votre cœur très pur de ce que les juifs incroyants eussent appréhendé, moqué et détenu l’unique fils de votre sein, digne de désir, dont vous avez connu qu’il voulait et devait souffrir pour le salut du genre humain, je vous prie, très glorieuse Souveraine, de supplier ce même Fils, propitiation pour le monde, afin que, dans sa clémence, à cause de ce même trouble, il délivre, défende et dispense jusqu’à la fin mes amis, mes proches et mes bienfaiteurs de toute captivité du corps et de l’âme, captivité des angoisses, des périls et des mauvaises pensées. Amen.