La Passion selon saint Jean

Page 16

Page précédente     Page suivante     Sommaire

Or Judas, qui le trahissait, connaissait aussi l’endroit, car Jésus s’y était souvent trouvé en compagnie de ses disciples. Judas donc ayant pris la troupe et des gardes des grands prêtres et des pharisiens, vint là avec lanternes, torches et armes. Jésus donc, sachant tout ce qui allait Lui arriver, sortit et leur dit : « Qui cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Jésus de Nazareth. » Il leur dit : « C’est moi. » Or Judas qui le trahissait se tenait aussi avec eux. Lors donc qu’Il leur eut dit : c’est moi, ils reculèrent et tombèrent par terre. Il leur demanda donc de nouveau : « Qui cherchez-vous. » Ils dirent : « Jésus de Nazareth. » Jésus répondit « je vous ai dit que c’était moi ; si vous me cherchez, laissez ceux-ci s’en aller. » Et cela afin que fût accomplie la parole qu’il avait dite : «  Je n’ai perdu aucun de ceux que Tu m’as donnés. »

Simon Pierre, qui avait une épée, la tira, frappa le serviteur du grand prêtre, et lui coupa l’oreille droite. Or ce serviteur s’appelait Malchus.

Mais Jésus dit à Pierre : « Remets l’épée au fourreau. La coupe que mon Père m’a donnée, ne la boirai-je pas ? » Alors la troupe et le tribun et les gardes des Juifs se saisirent de Jésus et le lièrent. Et ils le conduisirent d’abord chez Anne ; car il était beau-père de Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là. Mais Anne l’envoya, toujours lié, chez le grand prêtre Caïphe. Caïphe était celui qui avait donné ce conseil aux Juifs : «  Il nous importe qu’un seul homme meure pour le peuple. »

Cependant Simon Pierre suivait Jésus avec un autre disciple. Or ce disciple était connu du grand prêtre, et il entra en même temps que Jésus dans la cour du grand prêtre, tandis que Pierre restait dehors, près de la porte. L’autre disciple qui était connu du grand prêtre sortit donc, parla à la portière, et introduisit Pierre.