Oraisons diverses

Page 139

Page précédente     Page suivante     Sommaire

Et ay tant de fois courrouchié ton débonnaire Fils. Et ay tant de fois esleeschie1 les très mauvais dyables. Et ay tant desseruy2 les pardurables tourmens.

Ma coulpe, ma coulpe, ma très griesve coulpe.

Et  pour ce, je te prie, Mère de Dieu, perpétuelle Vierge Marie, que tu empètres3 à ton cher Filz pour moy, indulgence de tous mes péchiés de quanques ce en ay fais. Et m’empètres vray pardon envers ton débonnaire Fils, de qui tant de biens viennent et quy enlumine tout homme venant en ce monde ; fay qu’il enlumine ma pensée de lumière de grâce et la face enflammée du feu de sa très doulce amour. Et me face luy croire et amer et adourer et loer et cremir4 sur toutes choses et obéir à luy fermement, ses commandements garder, les péchiés eschiever5,  sa sainte passion et sa sainte pacience ensieuvir6. En bonne euvres habonder, les propriétés de cest monde despiter7. Nulle adversité du monde doubter. Et telle pénitance en cest siècle faire pour tous mes péchiés que par tes saintes prières il sait bien plaisant et agréable. Si que Il me déporte en l’autre vie et me doinst sa miséricorde avecques les sains esleuz, vie et repos pardurable. Amen.

[1] réjoui

[2] mérité

[3] obtiennes

[4] craindre, du latin : cremere

[5] absoudre

[6] suivre

[7] mépriser